Vous vous y retrouvez dans la jungle du Digital Learning ?

Jalonnons les diverses modalités, histoire d’y voir plus clair :

  • MOOC : cours en ligne gratuits de grande audience avec des vidéos, QCM, forum. Se décline en COOC (version corporate) et en SPOC (version privée et restreinte)
  • Tuto vidéo : expert face caméra présente une pratique, un logiciel, un produit.
  • Microlearning : séquence courte, modulable et pratique, adaptée au learn & test sur smartphone et tablette. Se décline en mobile learning.
  • Social learning : outil complémentaire de partage des connaissances -sous forme de contenus soignés- au sein d’une entreprise via les moyens de communication digitaux.
  • Serious game : jeu vidéo pédagogique, particulièrement adapté à l’apprentissage de comportements par la simulation d’un environnement.
  • Vidéo learning interactif : module de formation audiovisuel avec l’intégration de jeux, glossaires, exercices, motion design… pour rendre le parcours ludique et personnalisé
  • Réalité virtuelle ou augmentée : apprentissage immersif particulièrement adapté à l’adoption de compétences pratiques ou soft skills.
  • Blended learning : combinaison des modalités de formation présentielle et distancielle dans un même dispositif pour optimiser les qualités pédagogiques de chaque format et le temps d’apprentissage.

Une jungle donc… à laquelle s’ajoute, pour les entreprises qui veulent investir dans le distanciel, le choix du LMS : plateforme de déploiement et de gestion des parcours de formation en ligne. Un choix qui varie selon la stratégie digital learning et les objectifs e-commerce et/ou de la relation client mis en place par les organisations.

Non au Rapid learning si l’on recherche une formation s’inscrivant dans la durée et dans le détail. Rapide dans la production de ses contenus, via un outil auteur, ne requérant pas de compétences particulières d’ingénierie pédagogique, multimédia ou de graphisme, ce format à moindre coût est souvent plus informatif que formateur.

Gamification et interactivité : des mécaniques de jeu dans les contenus d’apprentissage pour les rendre plus ludiques :

  • Système de points, badges, trophées, récompenses à collectionner pour relever des défis et gravir des niveaux jusqu’à l’objectif final.
  • Classement des joueurs, équipes ou départements d’une entreprise afin d’aviver l’esprit de compétition et de cohésion.
  • Exercices QCM, glisser-déposer, remise dans l’ordre, comble des trous… qui incitent à réfléchir et prendre des décisions en se testant.
  • Chasse au trésors, intrigue, compte à rebours, motion design… le multimédia s’en donne à cœur joie !

Le mariage de l’humain et de la technologie : le 100 % présentiel est dépassé, le 100% en ligne manque d’humain. Vive le digital learning ! Agile, il propose une expérience d’apprentissage complète en utilisant toutes les approches de la pédagogie : contenus innovants, échanges, mobilité, évaluation, personnalisation, travail en groupe…

En bref, un parcours digital learning de haute qualité doit être centré sur l’apprenant et s’appuyer sur les bons outils, formats et modalités présentielles et numériques. Seul un cahier des charges minutieux permet de répondre aux problématiques et objectifs de l’organisation en tenant compte de sa culture et de sa taille. Tout comme la jungle, le digital learning ne s’improvise pas mais promet une aventure riche en expériences et en découvertes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *